12 novembre 2013

1. Le feu sous la cendre

L'ouvrage "Le Feu sous la cendre - Enquête sur les silences obtenus par l'enseignement et la psychiatrie" de Michel J. Cuny - Françoise Petitdemange" a été publié à Lyon en 1986. Il s'ouvre sur un "Avant-propos" que voici :      "La maladie, la maladresse et puis l'erreur de calcul, et jusqu'à la faute, la terrible faute d'orthographe qui, de trop se répéter, vous reléguait parmi les exclus du certificat d'études primaires, ne peuvent plus désormais être prises pour autre chose que pour le signe d'une vérité... [Lire la suite]

12 novembre 2013

2. Corde de pendu

Ce livre, "Le feu sous la cendre", est né dans des circonstances qu'il vaut sans doute la peine de conter... Ce que Françoise Petitdemange et moi avions déjà fait dans "La clef des champs", ce récit autobiographique que nous avons publié en 1990, et dont voici un extrait : "À Mâcon, nous nous étions installés dans un hôtel parfaitement minable. C'était les tout premiers jours de juillet 1983 : nous nous préparions à affronter des semaines difficiles. Il fallait limiter les frais au strict nécessaire. Nous fûmes donc assez... [Lire la suite]
12 novembre 2013

3. Naufrage de l'hôtellerie mâconnaise

À relire "La clef des champs", Françoise Petitdemange et moi redécouvrons, trente ans plus tard, qu'il se passait d'étranges choses, en juillet 1983, dans l'ancien fief d'Alphonse de Lamartine... Il y avait d'abord cette dégressivité du tarif hôtelier... Mais lisons la suite :      "Illico, l'argent économisé fut en partie investi dans l'achat d'un bloc de papier pelure de couleur jaune qui devait nous servir de brouillon pour le gros livre alors en préparation : "Le feu sous la cendre". Certes, la... [Lire la suite]
14 novembre 2013

8. Qu'est-ce qu'une nation ?

                          Michel J. Cuny - Françoise Petitdemange                           Editions Paroles Vives                    (initialement Cuny-Petitdemange) ... [Lire la suite]
15 novembre 2013

9. Une limite tracée avec du sang

Dans toute société de classes, la frontière qui sépare les deux classes principales est marquée de sang. Les années, les décennies, puis, parfois, les siècles passant, il se peut que ces traces de sang n'apparaissent plus qu'aux yeux des personnes, des familles, ou des clans "informés". C'est toute la question de la lisibilité du présent. La révolte des canuts de 1831 à Lyon a été, pour Saint-Marc Girardin, l'occasion d'établir un parallèle avec le temps des grandes invasions. C'est dire la violence des processus qui étaient à... [Lire la suite]