Françoise Petitdemange et moi avons donc quitté Mâcon un peu plus vite que prévu...

Notre étape prochaine, fixée dès longtemps, devait être Lyon. Le hasard des locations offertes sur les affichages de la place des Terreaux allait nous réserver une vraie surprise : pendant trois ans, nous vivrions là-même où avaient vécu ces personnages dont nous avions commencé à écrire l'histoire dans les toutes premières pages du naissant "Feu sous la cendre" : les canuts.

Comme l'avait écrit le préfet du Rhône des années 1830, Bouvier du Molart :
"[Ces] malheureux, en travaillant dix-huit heures par jour, ne gagnaient pas seulement pour vivre."

Les voici, en 1831 puis en 1834, dressés de toute la hauteur de leur misère contre les autorités, tandis qu'un fabricant - c'est-à-dire l'un de leurs employeurs - ne peut que dire ce qu'il a vu, sans pouvoir cependant en tirer d'autre leçon que la nécessité, pour son camp, de frapper de toutes ses forces sur l'animal devenu sauvage :
"C'était pitié de voir les joues creuses, les teints hâves, la complexion malingre et rétrécie de la plupart de ces malheureux ; l'énergie semblait devoir fuir des corps aussi faibles, aussi peu développés ; mais ces individus étaient réunis, ils étaient organisés, ils formaient un corps compact et les masses ont conscience de leur force." ("Le feu sous la cendre", page 6)

En 1983, il n'y avait plus qu'une France offerte aux multinationales... Un pseudo-socialiste était à la manoeuvre, ayant parfaitement réussi ce qu'il avait annoncé le 12 octobre 1976, lors d'un forum organisé par le magazine L'Expansion :
"Enfin, je pense être en mesure de dire que les masses populaires nous aideront, car nous aurons assez de bonnes raisons à leur donner de s'engager sur la voie d'une gestion raisonnable, avec des efforts à accepter, des sacrifices à supporter. Mais on supporte n'importe quel sacrifice, lorsqu'on a un supplément de salut ! Nous ajouterons un supplément de justice pour faire accepter nos choix." ("Le feu sous la cendre", page 555)

Blum : 1936 et la non-intervention en Espagne.
Mitterrand : 1983 et le tournant.
Frapper la dynamique populaire : voilà la fonction toute spéciale des "socialistes"... qui visent, par-delà, à briser l'âme du peuple de France pour - si peu qu'il s'en écarte - le ramener au plus vite sous les fourches caudines de l'exploitation capitaliste.

Michel J. Cuny